Jardin d'HUMESNIL    Accueil    Jardin du coeur    Sélection   Saison  Printemps    Eté    Automne    Hiver    Galerie    Contact 

                                                Maison    Printemps    Eté    Automne    Hiver    Construction de la Maison  

Ce jardin participe aux journées des jardins du coeur les 16 et 17 juin 

avec pour animation musicale du piano à 4 mains le dimanche 17 à partir de 15 heures




 Entretien avec Dominique et Jean Buquet                   Texte : Benoît de Font-Réaulx  
 







La plupart des jardins sont créés autour d’une maison existante, et les propriétaires doivent attendre quelques années pour les voir s’épanouir.
Le Jardin d’Humesnil est un contre-exemple intéressant :
Dominique et Jean Buquet habitaient depuis longtemps une chaumière lorsqu’ils ont eu en 1997 la possibilité d’acheter une parcelle d’herbage de 12.000 m², séparée de leur propriété par la route communale.
Leur souhait à cette époque était de préserver l’environnement rural et paisible du hameau, en conservant le grand rideau de hêtres et de frênes qui protégeait les habitations des vents d’Ouest.



Dès l’année suivante, Dominique a démarré la création d’un potager, face à leur chaumière. Elle a planté quelques noisetiers et des charmes le long de la route communale. Puis un travail sur plan a permis de projeter les axes de circulation et les zones de plantations, en ménageant des perspectives. Les principales plantations se sont échelonnées de 1999 à 2005.  
Le terrain était constructible et lorsque leur fils Matthieu a été diplômé en 2007 de l’Ecole d’architecture de Paris Belleville, ils lui ont offert la possibilité d’y réaliser un premier projet, en symbiose avec le jardin.
La maison a été construite en 2013.
Elle s’ouvre largement sur le jardin, qu’il a fallu réaménager légèrement.
Ses murs sont entièrement couverts d’un bardage en mélèze, traité en atelier au sulfate de fer pour lui donner immédiatement une teinte grise qui s’harmonise avec les troncs des hêtres bordant la propriété. 
Les Buquet ont découvert l’art des jardins d’abord au contact de Martine Lemonnier et de la Princesse Sturdza, puis en visitant de nombreux jardins, notamment en Angleterre, en Ecosse et en Irlande.
Dominique avait réalisé un premier jardin autour de leur chaumière. Cette expérience, ainsi que des visites à Courson, à Saint Jean de Beauregard et à la pépinière Hennebelle (dans le Pas de Calais) lui ont donné envie pour son deuxième jardin de choisir des espèces attirantes par leur floraison printanière et souvent par leur parfum.
 

Elle a privilégié des plantes rares, comme l’Eucryphia, ou originales, que ce soit :
- pour la finesse de leur feuillage : Fagus mercedes, Fagus asplenifolia ;
- pour leur allure tortueuse : Fau de Verzy, Corylus avellanna ‘contorta’, Robinia twisty baby ;
- pour leur floraison originale : Pterostyrax hispida, Davidia involucrata, Chionanthus virginicus.

De nombreux arbres et arbustes ont été choisis pour leurs couleurs d’automne :
- Fusains : Euonymus planipes, Euonymus maacki,  Euonymus europens
- Parrotia persica - Prunus Koyo No Mai - Ginko biloba - Acer rubrum ‘Schlesingeri’
- Tilia cordata winter orange.

Certaines plantes allient les intérêts de printemps et  de l’automne comme le Cornus kousa.



Un Davidia involucrata (arbre aux mouchoirs), planté en 2003, a eu ses premières bractées blanches en 2014, ce qui est assez rapide.


Au bord du grand bassin, royaume des reinettes, un taxodium ascendens (cyprès des marais) présente une allure échevelée qui le distingue du cyprès chauve.

Les arbres sont plantés parfois avec une touche d’humour, comme les quatre Betula dorembos, des bouleaux blancs qui semblent dessiner un cadran solaire  (la marche du temps), rayonnant à partir d’un Prunus Koyo No Mai. Près de la maison, un espace intime est délimité par des haies d’ifs et de buis. Il fait une transition entre l’arboretum et le potager, lui-même dessiné selon un plan classique en forme de croix, avec un bassin en son centre.


Les arbres ont été plantés assez proches, pour créer un effet visuel rapide. Ils se sont très bien développés, ce qui nécessite maintenant de faire des choix, ou au moins des élagages, pour permettre à certains de conserver leur port naturel, comme le Cornus controversa variegata, ainsi que pour préserver les perspectives.



DSC_0797






























Les tontes de gazon, les fleurs fanées et les produits du désherbage sont mis au compost et forment en deux ans un bon terreau. Les tontes de gazon fraiches sont aussi utilisées en couche d’au moins six centimètres d’épaisseur pour tuer toute la végétation là où ils projettent de créer une nouvelle plate-bande. Seule ombre au tableau : l’armillaire, un champignon redoutable pour les arbres, est présente sur le terrain et commet quelques dégâts. C’est pourquoi les branches coupées, une fois broyées, sont tamisées pour en ôter les filaments (qui seront brulés) avant de servir de paillis dans les massifs.


C’est impressionnant de constater que Dominique et Jean Buquet ont réussi par eux-mêmes à créer et à entretenir ce site, qui présente sur 1,2 ha  une grande richesse botanique, dont l’attrait se renouvelle au fil de chacune des saisons.

Les jardins d’Humesnil (http://jean.buquet.pagesperso-orange.fr)   sont à Saint Victor l’Abbaye, à 7 km à l’Est de Tôtes.  direction Clères

Ils sont ouverts au public lors des journées des jardins du cœur, les 16 et 17 juin 2018. Contact :  jean.buquet2@wanadoo.fr.